AccueilLa mairieDéfenseCommémoration du 11 novembre 2017 Discours du Maire
Home Commémoration du 11 novembre 2017
Discours du Maire
Commémoration du 11 novembre 2017 Discours du Maire

Monsieur le Curé,
Mesdames, Messieurs les Elus,
Messieurs les Officiers, Militaires et anciens combattants,
Mesdames et Messieurs les Présidents, et membres des associations,
Chers Cogolinois, chers amis,

Comme tous les 11 Novembre nous nous retrouvons pour commémorer la victoire de nos armées lors du premier conflit mondial. Un conflit dont les batailles les plus déterminantes eurent lieu sur le territoire de notre pays, mais aussi pour honorer la mémoire des soldats Français et alliés Morts pour la France.

« Lundi 11 Novembre 1918 à 11H00 du matin, les cloches de toutes les églises de France sonnaient à pleine volée, les clairons s’empressaient de sonner le cessez-le-feu, la Marseillaise retentissait du fond des poumons des Poilus, et marquait la fin d’un conflit de + de quatre ans. »

Au total, dix millions de personnes sont mortes, principalement en Europe, et vingt millions d’autres sont restées invalides ou sont décédées des suites de leurs blessures.

Mais enseigner l’histoire de la Première Guerre mondiale, c’est montrer ce dont la France est capable. Cela doit rester au cœur de chacun d’entre nous, même après toutes ces années, comme une part de notre fierté d’être de ce Pays.

Car c’est malheureusement, sans doute, à travers ce type d’épreuves, qu’un pays se renforce et qu’une République gagne son unité.

Je ne sais si comme moi, vous avez remarqué à quel point ce premier conflit mondial a repris de la vivacité dans notre mémoire collective.

Combien de films ? D’émissions ? De livres ? traitent de cette période à la fois sombre et glorieuse de l’histoire de l’humanité, car à n’en pas douter, c’est avec la fin de ce conflit que nous avons changé de monde que nous avons changé d’échelle et que paradoxalement nous sommes rentrés dans l’ère moderne.

Ce 11 Novembre est pour tous ces combattants, car il n’y a pas d’anciens combattants, il n’y a que ceux qui ont connu ces moments ou fort d’une camaraderie sans faille, on se lève, on fait face et on met sa vie en jeu, pour défendre son pays, sa famille, ses valeurs.

Nous avons une dette perpétuelle envers tous ces combattants et ce devoir de mémoire nous le rappelle, montrons nous dignes de ce sacrifice.

Gloire à jamais au Poilu de la Grande Guerre, qui a sauvé la France. Que son exemple soit toujours présent à l’esprit de ses descendants. Que, comme lui, ils détestent la guerre, le plus atroce des fléaux. Mais, comme lui, qu’ils soient prêts à sacrifier leur vie pour leur pays. Ce sera le meilleur moyen d’écarter la guerre, hélas toujours, possible.

Je vous demanderai une minute de silence et de recueillement pour témoigner à tous ces héros anonymes notre respect éternel

Que vive la République, que vive la France

MEL