AccueilPagesExpression des élus minoritaires
Home Expression des élus minoritaires
Expression des élus minoritaires

Pascal Cordé

Monsieur Lansade a commencé son mandat en filmant et diffusant le conseil municipal, en se disant ouvert au dialogue, n’ayant rien à cacher. Aujourd’hui il exige qu’on lui fournisse les questions par avance, réduit les places assises disponibles pour assister au conseil, filme toujours mais supprime la mise en ligne. L’opacité sur l’origine de la viande des cantines, l’incapacité de fournir le moindre document prouvant le travail réel de Monsieur Smadja, qui a touché 65 000 euros depuis février 2015, ou les destructions douteuses d’archives expliquent sans doute ce changement de comportement d’un Maire qui perd ses nerfs et dont la majorité est au bord de l’explosion.

Anthony Giraud

Le Maire de Cogolin semble faire avec le Maire de Saint-Tropez un concours … Et pas n’importe quel concours ! Celui de qui fera le plus de procès aux frais du contribuable ? Pour cela il faut reconnaître que Monsieur Lansade a pris une longueur d’avance …. En effet , suite aux diktats imposés par la municipalité , des contentieux éclosent un peu partout ! Reprise anticipée du port des Marines , vente du terrain du Yotel , promotion immobilière de Notre Dame des Anges , terrains du bord de route à la Foux , privatisation du Chateau Sellier . Nous devrions frôler la dizaine d’affaires . Une manne pour les avocats , un gouffre pour les finances publiques ! Heureusement que le dialogue et l’écoute avaient été promis par Monsieur le Maire …

Groupe Dallari

Profitons-en !

Lors de la séance du conseil municipal du 30 mars, le règlement intérieur du dit conseil municipal, fut pour la troisième fois, modifiée….. »On s’adapte » fut la seule réponse du maire face à notre indignation !

Sachez donc que désormais, le « nombre de questions pouvant être exposées lors d’une séance du conseil est limité à dix par élus et vingt par séance.

« Quelles ne donnent pas lieu à des débats, sauf demande de la majorité des conseillers municipaux présents », gageons que si elles ne donnent pas lieu à débats, elles donneront lieu à des réponses !….. Ça, ce n’est pas gagné………. 

Nous voilà donc muselés, censurés, condamnés d’avance à faire tapisserie, en présence de deux policiers municipaux dans la salle, tout sympathique qu’ils soient. Par contre, le maire se permet de donner la parole à son conseiller personnel sans qu’il y soit autorisé, manque de respect à tout le conseil ainsi qu’au public en usant et abusant de son téléphone portable pendant les ¾ de la séance comme un ado à qui on aimerait bien lancer « pas à table »…..

Parions que la quatrième version de ce règlement intérieur, proposera la disparition de l’expression des minorités dans le magazine Terre Mer !!!!! 

Que dire également de ce texte de  la délibération (question 3 du conseil du 30 mars) modalités de la mise à disposition des salles municipales….

« Devant la multiplication des demandes émanant d’associations dont l’objet social est très large….il est proposé au Conseil municipal de retenir le principe général de non-gratuité et de limiter les exceptions et donc la gratuité de la mise à disposition aux seules associations cogolinoises à vocation strictement patriotiques ou caritative ».

Une formulation élégante pour ne pas avouer que sa délibération était discriminatoire donc inapplicable.  Mais plutôt que de revenir au système antérieur de gratuité pour l’ensemble des associations, il décide de  faire payer toutes les associations ou presque.

Nous supposons que c’est pour susciter leur mécontentement et pouvoir dire que c’est la faute de certaines autres associations.

On ne comprend pas pourquoi les associations « strictement patriotiques et caritatives » échappent à la règle dans la mesure où elles génèrent les même coûts d’utilisation des salles. Encore une fois, on ne sait pas qui sont ces associations strictement patriotiques faute d’une définition claire ou de communication de la liste de ces associations.

Cela amplifie davantage l’importance de la mission de certaines associations que le maire veut pénaliser. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour vous informer et relayer votre voix.

 Ce conseil municipal de mars ne devait finalement pas être important que cela (alors que 19 questions sur les 28 inscrites à l‘ordre du jour, portait sur les finances de la ville) pour que 6 élus de la majorité soient absents. Dont un toujours sans visage depuis son installation….vivent les procurations !!!!!!!

Quant au budget primitif 2017, sachez que celui-ci nous fut présenté bien entendu à l’équilibre, puisque pas plus de 7 millions d’euros de recettes hypothétiques y sont inscrites.

Certaines de ces recettes ne sont pas garanties du tout puisqu’elles sont associées à :

  • la cession de « Notre Dame des Anges » attaquée par différents recours et des courriers du ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer demandant à la SCCV Le Domaine des Anges de reconsidérer son projet compte tenu des aléas miniers définis,
  • La cession de l’hippodrome, attaqués elle aussi par différents recours, et dont les 3 premiers millions d’euros ne rentreront qu’à la fin de l’année si jamais ils devaient rentrer,
  • et enfin de la revente de l’EHPAD (ancienne Maison de retraite Perrin), mais quelle somme exacte devra être donnée à l’EHPAD pour la racheter et quelle somme la commune devra emprunter pour payer cet achat ????

Dans le budget, les principes de SINCERITE BUDGETAIRE, interdisent de sous-estimer les charges ou de SURESTIMER LES RESSOURCES. ????????

Les nombreuses procédures en cours, risquent de bloquer certaines acquisitions et donc d’en reporter les recettes en 2018 voire beaucoup plus tard.

 Ce que nous constatons déjà depuis plusieurs budgets où  des emprunts sont reportés, la commune n’ayant plus la capacité financière de rembourser tout prochain emprunt, (dernier compte-rendu de la cours des compte) et se trouve de fait dans l’impossibilité d’effectuer tous les travaux ou réalisations pourtant vendues à la population à grands effets d’annonces.

En conclusion, si les millions d’euros attendus, ne tombent pas dans l’escarcelle de la municipalité, il ne se passera rien ou pas grand-chose en 2017 !!!

Nous garderons les trottoirs bancals, nos bâtiments communaux ni entretenus ni mis aux normes, mais surtout nous n’aurons pas, en lieu et place de l’ancienne crèche trotte menu, ce « PC sécurité » évidemment indispensable à maitriser toute émeute urbaine de banlieue provençale !!!

 Aujourd’hui comme demain, guidés par le seul intérêt général, nous œuvrons et n’œuvrerons que pour Cogolin et les Cogolinois.

 L’équipe de la minorité du conseil municipal.